Communiqué du bureau politique du PPS du Mardi 18 mai 2021

Le bureau politique du Parti du Progrès et du Socialisme a tenu, Mardi 18 mai 2021, sa réunion hebdomadaire et examiné de nombreuses questions nationales.

Condamnation vigoureuse des crimes de guerre sionistes

A l’ouverture de sa réunion, le bureau politique s’est arrêté sur les développements dangereux que connait la question palestinienne et a salué les initiatives solidaires et humanitaires de notre pays, sous la conduite de Sa Majesté le Roi, à l’égard du peuple palestinien frère. Il a également exprimé sa grande considération des efforts officiels du Maroc pour l’arrêt de la dangereuse escalade israélienne contre la Palestine.

Le Parti du Progrès et du Socialisme condamne fermement la guerre d’extermination menée par les forces d’occupation sionistes contre le peuple palestinien résistant. Il dénonce également les politiques racistes de colonisation de l’entité spoliatrice. Il considère que les agressions barbares commises par les forces d’occupation répressives en Cisjordanie, à Gaza, à Al Qods Ach-Charif et dans les autres territoires palestiniens occupés ne constituent pas seulement une violation du droit international humanitaire, mais aussi des crimes de guerre odieux qui visent les enfants, les vieillards, les femmes et les civils, sans distinction, et requièrent enquête et poursuites.

Dans le même temps, le Parti du Progrès et du Socialisme appelle à une action internationale urgente et efficace pour assurer la protection nécessaire au peuple palestinien assiégé et à œuvrer pour la reconnaissance de ses droits légitimes, dont en premier lieu son droit à établir son Etat indépendant avec Al Qods Ach-Charif comme capitale.

Le bureau politique estime que le cours des évènements en Palestine, en état de résistance, interpelle profondément la conscience internationale, car la neutralité négative de la communauté internationale est inadmissible, en particulier de la part des grandes puissances occidentales, à l’égard des massacres dont le peuple palestinien est victime et à l’égard de l’arrogance israélienne. Il est également inadmissible de faire prévaloir une approche internationale, qui met sur le même pied d’égalité la victime et le bourreau et qui traite la situation comme s’il s’agissait de responsabilités égales en ce qui concerne les violations graves commises sur le terrain.

Dans ce cadre, et tout en se recueillant sur l’âme des martyrs palestiniens tombés dans la bataille pour la dignité, la liberté et l’honneur, le bureau politique adresse ses salutations militantes à l’ensemble du peuple palestinien, en Cisjordanie, à Al Qods et à Gaza et dans tous les territoires palestiniens occupés et considère que l’unité des rangs palestiniens est d’une importance vitale et décisive pour la juste cause palestinienne et à ses perspectives.

Partant de sa position constante de soutien à la lutte du peuple palestinien militant et du fait que la cause palestinienne est une question fondamentale pour l’ensemble des Marocains, le Parti du Progrès et du Socialisme salue toutes les initiatives édifiantes et constructives prises par les forces vives dans notre pays pour le soutien au peuple palestinien et la dénonciation des crimes sionistes.

Le franchissement de Fineq à Sebta occupée et les relations maroco-espagnoles

Par ailleurs, le bureau politique a suivi avec inquiétude le franchissement par des milliers de personnes des points frontaliers vers la ville de Sebta occupée et les images regrettables diffusées sur les réseaux sociaux qui reflètent la situation difficile que vivent les habitants de la ville de Fnideq et des communes avoisinantes. A ce propos, il souligne, une nouvelle fois, la nécessité de remédier à cette situation par des solutions alternatives de développement qui garantissent à toutes les familles concernées les conditions d’une vie digne.

Dans le même temps, le Parti du Progrès et du Socialisme rappelle que ces évènements surviennent dans un contexte marqué par la tension que connaissent les relations de notre pays avec l’Espagne, en raison du non respect par cette dernière des intérêts supérieurs de notre pays, faisant fi des exigences de la coopération constructive et du bon voisinage.

Dans ce cadre, le Parti du Progrès et du Socialisme souligne de nouveau la nécessité pour l’Espagne de s’engager à respecter, dans ses relations avec notre pays, les questions nationales fondamentales des deux pays, de ne pas réduire ces relations de manière sélective aux domaines économique et sécuritaire et aux efforts de lutte contre le terrorisme, la migration clandestine, les stupéfiants et la criminalité et de ne pas tourner le dos à cette coopération quand il s’agit des constantes nationales marocaines.

Le climat politique dans la perspective des échéances futures et l’appel à s’inscrire dans les listes électorales

Au niveau de la vie politique nationale, le bureau politique a réitéré l’appréciation par le parti de l’initiative royale de libérer 17 détenus dans le cadre du Hirak du Rif , parmi les personnes graciées à l’occasion de l’Aid Al Fitr. Ce pas constructif et les mesures parallèles qui pourraient l’accompagner sont de nature à contribuer à instaurer un climat politique positif dans notre pays à la veille de l’organisation des élections.

Dans ce cadre, le bureau politique s’est arrêté sur la décision de la révision exceptionnelle des listes électorales du 2 juin 2021 au 1er juillet 2021. A cette occasion, le parti adresse un appel pressant à l’ensemble des citoyennes et des citoyens, qu’il s’agisse des non inscrits dans ces listes ou qu’il s’agisse des jeunes ayant récemment atteint l’âge légal de vote, à aller s’inscrire massivement, étant donné l’importance majeure de cette action citoyenne pour la participation à la vie publique et le soutien au changement, au progrès, à la démocratie et à la justice sociale.

Le bureau politique considère que le succès de cette opération, de sa gestion et de la campagne de sensibilisation à son importance requièrent la conjugaison des efforts des autorités publiques, des collectivités territoriales, des partis politiques, des syndicats, des composantes de la société civile et des moyens d’information et de communication.